Faut-il rendre visible l’invisible?

Défiler en faisant beaucoup de bruit et en étalant des slogans provocateurs, tels que «Tous barjos» ou «Soyons fous, soyons nous», cela réjouit certains, mais choque d’autres.

En réalité, y a-t-il une bonne manière de déstigmatiser la maladie psychique, de lutter contre l’autostigmatisation?

Si on est malade, dévoile-t-on librement son trouble psychiatrique ou est-ce plus compliqué que de révéler son trouble somatique?

Les professionnels, expliquent-ils aisément leur travail en psychiatrie?

Si ces questions vous font réagir, que vous soyez patients, soignants ou proches, venez échanger et nous dire comment vous parlez de la maladie psychique, comment vous aimeriez qu’elle s’affiche.

Participation gratuite
Consultations de Chauderon – Pl. Chauderon 18 – 5e étage – Lausanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *